Un week-end à Charleroi une expérience inoubliable

charleroiweekendwalloniebelgique

131 kilomètres, 1 heure 26 minutes

Voilà la distance et le temps exacte qu'il nous aura fallu pour arriver à Charleroi à Heito et moi.

Cette route ne nous est pas tellement inconnue puisque nous l'empruntons régulièrement pour nous rendre à l'aéroport de Charleroi. Officiellement cet aéroport s'appelle Charleroi Bruxelles Sud. Bon Bruxelles et Charleroi sont quand même distants de 60 kilomètres, alors rattacher les 2 aéroports cela  m'a toujours fait doucement sourire. C'est comme si l'aéroport de Lille Lesquin était rattaché à Roissy Charles de Gaulle et qu'on l'appelle Aéroport Lille Paris Nord.

Mais passons ce détail géographique et revenons à cette soirée où pour la première fois la route qui me conduit vers Charleroi me semble bien différente. Alors que les kilomètres défilent, je prends le temps de l'observer et de l'apprécier. 

La route alterne entre des paysages verdoyants qui me donnent des envies de week-end en forêt, à des paysages assez sinistres. Il faut bien l'avouer c'est assez perturbant. Il y a notamment cet interminable viaduc bétonné qui longe la E42,  totalement recouvert de graffitis délavés je me demande toujours pourquoi il est encore debout. Son béton montre des signes de fatigue.  J'ai toujours trouvé ce tronçon de route assez triste à vrai dire.

Nous sommes partis alors que le soleil brillait encore, et sommes arrivés à destination à la nuit tombée.

C'est immense un "BISOUS M'CHOU"  plaqué au fronton du Palais des Expositions et mis en valeur par de gros projecteurs qui nous accueillent. 

Je le verrai 2 fois au cours de notre week-end, et à chaque fois il me sera impossible de le photographier (#PetitBonhomneEnColère), mais il aura toujours le même effet sur moi : me faire sourire. Je ne sais pas pourquoi mais ce street-art me file une énergie folle, et je pense au cabaret Michou à Paris.

Douce nuit

charleroiweekendwalloniebelgique


Notre GPS perdra rapidement son légendaire sens de l'orientation, et à plusieurs reprises nous ferons le tour du centre ville sans jamais arriver sur La Place Verte où se trouve notre hôtel. Ces différents tours de quartier nous auront permis toutefois d'observer la faune qui déambulent dans les rues de Charleroi la nuit. 

Comment vous dire ? 

Nous n'étions pas prêts.

Une mini jupe par ici, un immense sourire par là, des poses suggestives, les messages envoyés par ces dames étaient clairs et sans équivoques. 

Surprenant, déroutant, il y a comme un sentiment de gêne palpable dans la voiture. Avec Heito on se regarde dubitatif, genre "mais c'est quoi cette ville ?" Nous ne sommes pas naïfs mais ce n'est pas dans nos habitudes de fréquenter ce genre de rues, et personnellement la prostitution m'a toujours mise mal à l'aise.

A force de tourner en rond, nous avons fini par nous rendre à l'évidence : il nous faudrait rejoindre notre hôtel à pieds. Je ne le cache pas c'est avec une certaine appréhension que nous garons notre voiture sous un lampadaire, et filons rejoindre notre l'hôtel en traversant la très jolie Place Verte. L'air est doux, de la musique s'échappe d'un café.

Malheureusement, nous n'avions pas fait 3 pas qu'un jeune nous accoste pour nous demander de l'argent pour lui payer une nuit à l'hôtel. 

Un interphone, un sas, un ascenseur envoyé depuis la réception, l'hôtel est hyper sécurisé. Quand les portes de l’ascenseur finissent enfin par s'ouvrir sur le lobby, nous sommes accueilli par un jeune homme très souriant. Le lieu nous correspond tout à fait. Une lumière tamisée, des murs peints avec des couleurs chaudes, d'immenses fauteuils en cuir ne demandent qu'à nous affaler, l'ambiance est feutrée, on se sent immédiatement très bien.

Après nous avoir communiqué les coordonnées GPS de l'entrée du parking, nous retournons fissa à la voiture. Finalement, il ne nous faudra que quelques minutes pour accéder au parking souterrain lui aussi sécurisé.

Après avoir montré pâte blanche, franchi deux immenses portes, une place de parking nous attendait à 2 pas de l'ascenseur qui nous permettait de rejoindre directement l'hôtel. Quelques minutes plus tard, nous étions dans notre chambre avec une vue plongeante sur la Place Verte.

A l'origine, la Place Verte était une énorme prairie. Cette place a retrouvé son nom historique en 2016 après d'énormes travaux de réhabilitation. Face à nous se trouve la librairie Molière, installée dans l'ancien hôtel des postes, c'est l'une des plus grandes librairies de Belgique. Je prends le temps d'observer sa façade mise en valeur avec un subtil éclairage. Alors que je porte un dernier regard vers l'extérieur, je prends une longue inspiration avant de tirer le rideau. 

Ce premier contact avec Charleroi m'a bousculé intérieurement. En m'endormant ce soir là, j'étais assez pensive. J'ai songé à tout ce que j'avais lu et entendu sur Charleroi, je me suis mise à douter.  Cette ville est tellement aux antipodes des villes où nous allons habituellement, et en même temps elle m'attire.

Mais comme je dis souvent tant qu'on n'y est pas allé, on ne peut pas savoir. Alors en tirant le rideau, c'est comme si je chassais ses idées négatives qui me faisaient presque regretter d'être là.

Visiter Charleroi l'insolite

charleroisafariwalloniebelgique


Au réveil, j'étais excitée comme une puce. En ouvrant le rideau, je découvre une Place Verte toujours aussi vide mais cette fois la vue est dégagée. Le ciel est bleu, au loin j'aperçois la nature, c'est un autre jour, une autre vision. J'inspire doucement, ferme le rideau et me sens d'attaque pour cette nouvelle journée qui m'offrira son lot de surprises.

Après un copieux petit déjeuner  me voilà en route vers la gare de Charleroi Sud pour y retrouver Nico. On m'a prévenu Nico est ponctuel, gare aux retardataires.

Je franchis la Sambre, je me presse. Au final, il ne me faudra que 5 minutes pour atteindre ma destination, ces quelques mètres me permettant de me faire une toute autre idée de Charleroi que la veille au soir.


charleroiweekendwalloniestreetart
charleroistreetartwallonieweekend


En ce samedi matin, la ville a un tout autre visage. Je découvre les immenses quais qui longent la Sambre, des ruelles pavées, les quelques street-arts vues ici et là me donnent des ailes, une folle envie d'en voir davantage. J'enjambe quatre à quatre les marches du Pont Roi Baudin pour arriver aux pieds du plus célèbre groom de la bande dessinée où je retrouve Nico de Charleroi Adventure. 

Casquette visseé sur la tête, une barbe de plusieurs jours ... le gaillard a l'air de sortir d'une nuit assez courte. (J'apprendrais plus tard que sa nuit fût effectivement courte, et que celle-ci avait tenu toutes ses promesses ... #NoComment). Après de brèves présentations, c'est avec stupéfaction que je découvre que la majorité de notre groupe est Néerlandophone et que le safari urbain se ferait en Néerlandais  !!?? ! 

 Charleroi 1 - Les collègues flamands 0

Toutes ces années mes collègues m'auraient-ils menti ? C'est une véritable surprise pour moi, car à écouter les Flamands les Wallons ne font aucun effort pour parler "leur" langue. 

Durant toute la visite, Nico prendra soin d'ailleurs de régulièrement mélanger le français et le néerlandais, d'égratigner les politiques des 2 camps. Un cocktail savamment dosé, c'est délicieux, je jubile. Au cours de la journée, il m’avouera que ce petit jeu l'amuse beaucoup aussi.

10h30 tapante la petite troupe se met en marche. Je suis intriguée, je m'attends à tout et à rien de spécial en même temps, c'est une drôle de sensation.

Nico nous entraîne tout d'abord dans la ville basse, à la recherche de 3 cartes pour nous parler histoire et de l'importance des différents événements qui ont fait de Charleroi une ville riche avant la guerre. Puis ceux qui l'ont plongé dans les Lumbres d'une spirale sans fin avec les différentes crises économiques, mais aussi de sa difficile relation avec la Flandre. 

La 3éme carte se trouve dans la vitrine de la librairie de Mr Fafouille rue de Marcinelle, J'ai à peine franchi l'entrée de cette galerie que j'ai mon 1er coup de cœur pour ce lieu d'un autre temps. L'immense verrière en impose. Les façades Art Déco de ce passage ont été préservées lors de la  réhabilitation du centre ville. C'est d'ailleurs l'une des plus anciennes rues de Charleroi. 

Au travers de la vitrine de la librairie de M Fafouille on aperçoit des rayonnages remplis de centaines de livres, des piles de livres à ne plus en finir. (A mon retour j'ai fait quelques recherches sur cette librairie, et j'ai pu découvrir qu'il y en a environ 40 000 livres disponibles, dont 25 000 dans la cave, un vrai paradis pour ceux et celles qui aiment flâner dans ces librairies d'un autre temps !)

charleroiartdecowallonieweekend



Nico a ses habitudes, il salue ici et là les passants, les commerçants.

Le pas s’accélère.

Un dernier arrêt devant un bâtiment vestige d'une absurdité administrative avant que nous quittions la ville, et passons en mode furtif la frontière vers l'autre monde. 

A ce moment précis j'ai l'impression d'entrer dans un monde parallèle. On passe sous une ligne de métro, me voilà embarquée dans une aventure bien réelle avec l'impression d'être au cœur d'un film de science fiction. 

A partir de cet instant, il m'est impossible de revenir en arrière. Je ne sais pas combien de temps je serai partie, ni où nous allons exactement. J'ai l'impression d'être dans une course poursuite, mon destin est entre les mains de Nico.

charleroiadventuresafariwallonie

Un chemin tracé dans des herbes folles, une caravane abandonnée ici, des dizaines de bombes d'aérosol jetées par là, des déchets en veux tu en voilà, on frôle les bords de la Sambre, faire attention de ne pas y tomber, avancer, suivre le rythme, vouloir tout observer, ne pas traîner, enjamber la rivière par un pont métallique avec l'impression que le moindre faux pas peut nous être fatal...je suis prise dans une spirale infernale.

Nico marche vite, il faut suivre, c'est presque une course contre la montre.

C'est exaltant, enivrant, déroutant je suis aux anges. Je suis ailleurs, nous ne sommes partis que depuis 1 heure, je ne veux déjà plus que cela s'arrête, j'en demande encore.

Mon regard se porte ici et là, Nico continue de nous abreuver d'anecdotes de carolo, du pourquoi du comment, tout a une explication....politique, ou économique. L'un ne va pas s'en l'autre.

Derrière d'énormes grillés rouillées se trouvent des squelettes d'usines géantes abandonnées à leur triste sort au gré des saisons. Timing parfait ou pure coïncidence , une grue à ferraille entre en scène.  Nous sommes plantés là à regarder ce mastodonte se déplacer, happer la ferraille, une scène presque irréaliste je m’attends à chaque instant à voir sortir de derrière un monticule de ferraille Schwarzy suivi par une horde d'androïdes.

urbexcharleroiwallonieweekend


urbexwallonieweekendcharleroi

Nico mène sa petite troupe toujours d'un bon pas. Alors que les arrêts se font de plus en plus rares, le bruit strident des machines en mouvement se fait de plus plus discret pour finalement laisser place au silence et aux doux chants des oiseaux.

C'est alors qu'on quitte les bords de la Sambre pour ceux de l'Eau d'Heure, et que Nico nous invite à entrer dans son château en ruine. Un château inattendu, surprenant. Un château à ciel ouvert meublé d'objets récupérés au gré de ses pérégrinations urbaines. 

C'est l'heure de la pause, midi sonne au clocher voisin, je n'ai rien pour déjeuner. Je ne peux m'en prendre qu'à moi même, j'aurai dû mieux me renseigner. Pas grave je me nourrie de l'énergie que dégage ce lieu et d'un peu d'eau. Pendant que les autres dévorent leurs sandwichs, je prends le temps d'observer ce lieu qui semble abandonné, chaque objet n'est en réalité que le vestige d'un glorieux passé. Ici des dizaines de livres, là des bouteilles vides,. Un peu plus loin un immense logo Opel trône au milieu du chao, alors qu'une bétonneuse transformée en tricycle surplombe l'assemblée. La Ruine est en réalité une sorte de coffre fort ou se mêle pêle-mêle des objets qui retracent la vie d'avant, celle où Charleroi était une ville à l'industrie florissante. 

C'est bizarre à dire mais j'ai trouvé ce lieu très beau, je le verrai bien servir de décor pour une séance photo haute couture en mode urbantrash.

urbexcharleroibelgiqueusine
 


Un autre monde

Vamos ! 

En 2 temps 3 mouvements les chaises sont rangées. Nico nous demande de trier nos déchets avant de quitter les lieux, et nous voilà de nouveau prêts à partir en exploration. 

En sortant, je suis frappée par la végétation qui nous entourent. Nous sommes à mille lieux des mastodontes de ferrailles dégoulinant de rouilles. Ici la nature a repris ses droits tout n'est que quiétude.

Une famille de canards barbote sur l'Eau D'Heure, nous suivons les berges, saluons les heureux habitants de ce petit coin de paradis verdoyant. 

Charleroi ville verte !  ?  ! 

Plus rien ne va. 

Je suis à l'opposée de mes attentes. Je veux de l'urbex, du métal, de la rouille, des graffitis. Mais plus on s'enfonce sur le sentier, plus je sens la nature avoir emprise sur moi.  Plus j'avance, plus je trouve ce moment agréable. La petite troupe marche vite, ils sont loin devant moi.  J'ai envie de me poser là et d'observer les cygnes.


Ah mais ils sont là.

J'aurai bien poursuivi ma route le long des berges mais Nico en a décidé autrement. Nous voilà maintenant dans un quartier résidentiel, les maisons se ressemblent toutes mais elles sont plus imposantes que celles croisées un peu avant. 

Autre lieu, autre atmosphère. 

Nous ne sommes plus dans un quartier dit "ouvriers", ici les demeures ont du caché, malgré que leurs façades aient été noircies par le temps. Cette rue a un petit côté flamand. Je ne sais pas comment expliqué ce que je ressens est différent.

Ce  safari urbain se vie comme une course contre la montre. Je ne sais pas ce que nous cherchons à fuir, où à attraper. Mais depuis le départ tous mes sens sont bousculés. Je n'avais pas d'attente particulière en démarrant la visite. En faite c'est faux, j'en avais beaucoup mais je n'aurai pas pu les définir tellement je m'attendais à tout et à rien en même temps. Je voulais du moche, de l'urbex, du graffiti, de l'insolite. J'ai toujours eu un faible pour ce qui était différent, le non conventionnel me va bien. Et là en fait,  tous ses univers qui changent en fonction que l'on aille à droite ou à gauche, c'était super exaltant.

Charleroi ville la plus laide d'Europe ? Moi je l'aime sa mocheté. Je n'aime pas l'uniformité, le lisse, le trop beau. Est-ce que le moche sous le soleil est plus beau que sous la pluie ? Est-ce que toutes les explications donnés par Nico rendent la ville plus belle à mes yeux ?  Où est-ce les habitants que nous croisons qui apportent une touche d'humanité avec leurs commentaires  ? J'en sais rien mais il se passe un truc.

Vous me direz qu'une ville qui mets un wc loc au pied d'un arrêt de bus au milieu de nul part pour délimiter deux zones urbaines ne peut que vous interpeller. Je ne suis même pas certaines qu'un bus passe ici, c'est peut être une création artistique ? Le laid devient beau, il interpelle.


La vie est un long fleuve tranquille

Alors que ma petite tribu du jour passe sans même porter un regard à ces toilettes de fortune, ceux sont de lointaines notes de musiques qui viennent titiller ma curiosité. 

Je croise une majorette qui porte des chaussettes de basketteuse. (Mais que fait la police du style?)

Un peu plus loin plusieurs personnes sont regroupées devant l'entrée d'un bâtiment sur lequel s'affiche en lettre dépeinte le mot : PISCINE. Très rapidement je réalise que c'est de là que vient ce son de batterie. Une fraction de seconde, je pense au film : La vie est un long fleuve tranquille, je ne sais pas pourquoi mais cette scène pourrait très bien être extraite de ce film. 

Vous n'imaginez même pas à quel point j'avais envie d'entrer, de pousser la porte de cette piscine abandonnée, de plonger au cœur de ce bâtiment pas si abandonné qu'il n'en avait l'air finalement.

Malheureusement mes compagnons de routes étaient loin devant. J'étais tiraillée à l'envie d'aller explorer cet endroit, et rejoindre le groupe. Ils étaient à une dizaines de mètres devant moi, je me suis retournée une dernière fois, et là telle une évidence cette vision résumait parfaitement ce qui se passe à Charleroi. D'un côté une piscine abandonnée reconvertie en lieu de culturel par ses habitants et de l'autre un "château" rénové aux couleurs pimpantes.


charleroisafariinsoliteurbex

Il fallait que je rattrape le groupe qui visiblement s'était arrêté pour discuter avec des bateliers.

Pendant ce temps là 2 jeunes s'entraînaient à sauter des barrières tels des Yamakasi. 

Je me retourne une nouvelle fois, mais pourquoi ne sommes nous pas rentrés dans cette piscine ? Je finis par arriver à la hauteur du groupe. La discussion va bon train au sujet de cette péniche un peu particulière. Sauvée par un collectif de citoyens, cette péniche chapelle est amarrée depuis 65 ans au quai de Marchienne Le Pont.  Elle accueille chaque dimanche la messe dominicale des bateliers, mais aussi les mariages, et les baptêmes. Seuls les bateliers ou leurs enfants peuvent y avoir accès. Véritable institution elle est le dernier du genre en Wallonie.   

streetartcharleroisafariurbain

 L'art au bout de la rue

Après cette petite pause, nous reprenons paisiblement notre safari urbain en suivant le cour de la Sambre telle une balade dominicale.

La digestion fait son effet, le groupe se traîne. Enfin pour ceux qui ont déjeuné, en ce qui me concerne je commence à avoir faim.

Une péniche abandonnée à vendre ici, un message politique peint à la bombe sur un pont par là, encore des dizaines de bombes d'aérosols abandonnées un peu plus loin, le moment que nous attendions tous secrètement allait enfin se produire. Il faut bien l'avouer Charleroi même si elle a été élue ville la plus moche de Belgique, elle est aussi la plus connue pour sa scène artistique dans le monde du street-art.

streetartgraffiticharleroisafari

Suivre le chemin.
Passer sous le pont.
Prendre à droite.
Se laisser subjuguer par les graffitis XXL de toutes les couleurs.
Sauter de joie intérieurement
Se laisser distraire par des bruits dans les hautes herbes.
Paniquer par des ombres dans les hautes herbes.
Tourner la tête aussitôt pour ne pas avoir le temps d'avoir peur.
Profiter de l'instant.
Avoir l'impression d'avoir posé le pied sur la lune.

Ceux sont mille et une sensations qui se bousculent en moi, la joie tout d'abord, puis un peu la peur aussi, heureusement que nous sommes en groupe car je ne pense pas que j'aurai été aussi sereine d'être là seule même si l’excitation et l'inconscience l'auraient emporté.

streetartcharelroigraffitisafari
streetartcharelroigraffitisafari
streetartcharleroisafarigraffiti
streetartcharleroisafarigraffiti

Nico nous propose alors d'aller boire un coup, ce que j’accueille avec enthousiasme. Tout d'abord parce que je commence à avoir faim, pour mémoire je rappelle que je n'ai rien dans le ventre depuis mon petit déjeuné. Avant de venir à Charleroi je suis allée sur le blog de Mel Loves Travel , elle y partage avec beaucoup d'émotions son safari, et notamment ce moment où elle entre dans ce café qui lui rappelle des souvenirs d'enfance. Ceux-ci m'avaient immédiatement renvoyé vers les miens. Ceux des dimanches où nous allions en famille au café du coin dans le petit village où résidait ma grand-mère maternelle : Het Leewkje  (le petit lion) à Ledegem. On s'y retrouvait en famille, çà sentait la bière et le tabac froid, on mangeait des worst (saucisses) avec mes cousines, j'entends encore les rires de mes parents qui résonnent au fond de moi. 

Malheureusement en poussant la porte du café, je n'ai rien trouvé de tout çà. Pas de comptoir en bois, ni odeur de tabac. C'était la douche froide, ici on ne prend pas la CB en dessous de 10€ et si t'as pas de cash tu consommes pas. Et oui ! J'étais partie sans cash, donc je me suis fait inviter par Nico (#ShameOnMe) qui au fond de ses poches a réussi à trouver de quoi m'offrir un coca. Ce peu de sucre m'a requinqué un peu.

Mais Nico n'a pas fini de nous en faire voir, alors très rapidement nous reprenons la direction de Charleroi. 

Là j'étais un peu sur ma faim (oups fin)

De Cockerill à Rockerill

On trace notre route quand une nouvelle série de street-art nous explose les rétines, mais cette fois notre découvert est accompagnée par un son de batterie et de guitares qui provient de derrière une immense porte.

Ambiance rock'n roll enclenchée, tous mes sens sont à nouveau en alerte.

rockerillindustrycharleroiart

Quand je pénètre dans ce lieu emblématique de la scène artistique local accompagné par un groupe rock'n roll en pleine répétition je me laisse porter par les notes de musiques. C'est brut, c'est l'art industriel dans toute sa splendeur qui me pète à la figure. C'est rouillé, çà sent le métal, le tabac froid, la peinture, l'air est chargé de milles et une effluve. C'est poussiéreux, crade à souhait et tellement beau en même temps. 

Rockerill ceux sont 4000m2 d'une usine abandonnée laissé presque en l'état qui s'est transformé en salle de concert. Le démon de la nuit a dû en saisir plus d'un ici, j'imagine la puissance des enceintes qui ont dû envoyer du lourd et en faire vibrer plus d'un. 

Je n'ai plus du tout envie de partir d'ici, je me laisse porter par les notes de musique qui nous accompagnent au loin pendant que nous explorons les lieux.

rockerillcharleroiartindustriewallonie

charleroirockrilleartindustryconcert

rockrillconcertcharleroiartindustry

rockrillartindustrycharleroiconcert

rockerillcharleroiartindustriewallonie

rockerillcharleroiartindustriewallonie

artindustrycharleroirockrillconcert

artindustrycharleroirockrillconcert

artindustrycharleroirockrillconcert

artindustrycharleroirockrillconcert

artindustrycharleroirockrillconcert

J'ai un véritable coup de cœur pour ce lieu. En retrouvant la brutalité de la lumière du jour en sortant je réalise combien j'ai de la chance d'avoir pu entrer ici avec l'aide de Nico. Je pense vraiment que visiter Charleroi sans l'aide d'un Carolo ne permet pas de saisir l'esprit de cette ville.

Nous n'en avons pas encore fini, Nico nous emmène monter un terril mais avant cela il nous faudra prendre frauder le métro. Malheureusement pour moi, il me faudra prendre congés de mes compagnons de fortune du jour pour me rendre à un rendez-vous avec un street-artiste pour une visite de la ville en sa compagnie.

Alors Nico et le reste du groupe descente à la station suivante je reste seule dans le métro, sans ticket, seule au monde. J'en menais pas la large...

Finalement pas de contrôle mais un horrible mal de tête, et un estomac qui criait famine. La faim ne me faisait pas peur, par contre c'était la 1er fois que j'avais de nouveau mal au crâne depuis mon AIT fin juillet. J'avoue que je n'étais pas rassurée. D'autant que les médecins m'avaient prévenu que dans les 9 à 12 mois qui suivent un AIT, un AVC est fort possible. J'ai doc préféré annulé le reste du programme pour apporter ce que mon corps réclamait : des glucides, des lipides et un peu de repos.

A mon grand regret j'ai dû annuler cette partie du programme.

Après avoir repris des forces, avec Heito nous sommes allés nous promener en centre ville et faire ce qu'il aime : du shopping #PrettyBoy ! Nous n'avons pas d'Inno par chez nous, c'était l'occasion de découvrir l'enseigne, de faire quelques emplettes et d'en profiter pour bloquer notre nouvelle carte bleue (#TeamBouletForEver).

La nuit tous les chats sont gris

walloniecharleroicityescapestreetart


Cette journée ne pouvait se terminer qu'autour d'une bonne table. 

Nous n'avons pas cherché trop loin, et nous sommes attablés à la terrasse du Quai10. Une brasserie, un centre culturel et un cinéma tout çà en un seul lieu. Sachez que la patience sera votre meilleure alliée, les plats se feront désirés mais cela reste malgré tout un agréable souvenir d'un dîner en amoureux.

J'aurai voulu faire une balade de nuit mais les quelques personnes que nous avons croisé en sortant de la brasserie nous ont donné envie d'abréger notre exploration nocturne. 


Charleroi résolument une ville d'art

charleroiarchitecturewallonieweekend


Après une bonne nuit pour me ressourcer, j'avais rendez-vous le dimanche matin avec Emilie du blog Emilie en Wallonie. C'est d'ailleurs en partie grâce et à sa carte postale envoyée pendant le confinement que je me suis retrouvée à Charleroi. Emile m'avait concocté pour cette dernière journée un programme de dingue. 

Un programme préparé aux petits oignons, millimétré et qui devra tenir dans une capsule* de 3 minutes.

* capsule = mini clip de promotion de la destination (rien que çà !)

Après avoir joué à cache cache, nous avons enfin fini par nous trouver et partir à quelques kilomètres de Charleroi à la campagne rencontrer un artiste tailleur de pierre Sylvain Patte

A notre arrivée, je fais la connaissance de Lou et sa maman, et de notre discret cameraman qui filmera chacun de nos gestes tout au long de cette incroyable journée. Preuve que ce jeune homme était discret j'en ai oublié son prénom.

Sylvain prendra le temps de nous parler de son travail, de sa passion pour cet art qui ne permet pas l'erreur. 

Plus cela a l'air simple, plus c'est compliqué à réaliser. Ses sculptures ressemblent à des origamis, des lignes droites, parfois courbées, associés à des formes contemporaines. Plonger dans son univers a était un vrai régal, une belle rencontre.

walloniesylvainpatteartistepierreart

wallonienaturebelgique

Après cette première série de prise d'images, il nous faut revenir sur Charleroi où nous allons tester une nouvelle application. 

Toute à notre passionnante conversation pour apprendre à mieux nous connaître Emilie et moi, j'observe la campagne wallonne. Pour une fois, je me laisse conduire et je profite du paysage qui s'offre à moi. Tout ce vert à perte de vue, c'est une invitation à la rêverie, à revenir pour m'y ressourcer. Jusqu'à présent, la Wallonie dans mon esprit c'était gris. J'avoue je l'associais uniquement à Charleroi, ce que je voie là me plaît. Même si nous sommes des urbains avant tout, çà me plaît.

charleroiartstreetartgroom

charleroistreertartgraffiti



Retour à la gare de Charleroi, pas de script mais un scénario bien rodé par Emile et son cameraman.

Intro
Rencontre
Présentation

On enchaîne les scénettes en même temps que nous découvrons l'application Totemus. Une chasse aux trésors qui permets de partir à la découverte de la ville d'une manière ludique. Lou s'en donne à corps joie, je découvre d'autres street-art. Les carolos s'arrêtent pour nous donner des explications sur les graffitis. Il pleut, nous sommes trempés jusqu'à l'os, mais heureux d'être là.

Nous finissons par trouver refuge dans un restaurant à l'accueil sympathique. On finit par se réchauffer en nous délectant de petits plats gourmands bien chaud.

charleroirestaurantfood

Art Nouveau

Le saviez-vous : c'est à Charleroi et à Liège qu'on compte le plus grand nombre de maisons de style Art Nouveau. Je ne suis pas une experte en architecture, cette visite du jour allais  me faire découvrir un mouvement apparue à la belle époque (1890 - 1914) mais qui m'étais totalement inconnu.

C'est avec 2 passionnés de l'Art Nouveau que nous avons rendez-vous pour une visite Charleroi qui sera des plus passionnantes. Fini les lignes rectilignes, l'Art Nouveau s'inspire de la nature, (çà tombe bien j'adore çà), fini les lignes rectilignes vive les arabesques.

C'est aux pieds des marches de l'Eglise Saint Christophe que nous retrouvons nos guides dont j'ai malheureusement oublié le nom. Au cours de son histoire, cette église subira de nombreuses modifications, mais c'est surtout son cœur qui a retenu toute mon attention. Composé d'une mosaïque de 200 m2 réalisée avec de millions de petits blocs colorés qui mettent en vie des scènes de la Bible, et de son arrière plan composé de feuilles d'or recouvert d'une fine pellicule de verre qui saura ravir vos yeux.

charleroieglisesaintchritopheartnouveau

C'est sous une fine pluie que nous avons parcouru ensuite les rues de Charleroi à la recherche des plus belles demeures symboles d'un passé glorieux. Cette ville est surprenante tant elle a offrir à qui sais lever le nez, et admirer l'architecture de ses belles façades.








 


C'est avec un tout autre regard que je termine cette balade à travers Charleroi. Il est temps pour moi de retrouver Heito, et de jeter un dernier regard à cette ville qui m'a au cours de ce week-end surpris à plusieurs reprises.

Alors que nous quittons la ville, je vois ici et là d'immenses graffitis, malheureusement je ne peux pas m'arrêter. Je me promets de revenir un jour pour explorer davantage cette ville qui ne m'a pas laissé insensible.



Si vous voulez voir la capsule réalisée lors ce week-end par Emilie,  Vivre Ici et l'Empreinte Belge il suffit de suivre ce lien

Merci à Emilie de m'avoir envoyé cette carte pendant le confinement.


Merci à Wallonie Tourisme sans qui tout cela n'aurait pas été possible. Désolée pour le retard dans la publication de ce billet, mais trouver les mots justes n'a pas été aussi facile que je le pensais.

Si vous aussi vous voulez découvrir Charleroi, voici quelques adresses utiles.

Où dormir ? 

Novotel Charleroi Centre

Hôtel 4 étoiles
 Pl. Verte 17, 6000 Charleroi, Belgique+32 71 28 28 28

Où se restaurer  ?

Quai 10 
Quai Arthur Rimbaud 6000 Charleroi, Belgique+32 71 31 71 47


Ils pourront vous aider à organiser vos visites

Maison du Tourisme Pays de Charleroi
Place Charles II 20 6000 Charleroi, Belgique+32 71 86 14 14 
plus d'infos sur leur site web








Commentaires

  1. Ah je l'attendais ton article sur Charleroi, et ça valait le coup d'attendre !! Merci pour cette découverte qui confirme bien mon envie d'aller y faire un tour un de ces jours, je crois que ça nous plairait beaucoup. Tu décris très bien tes sensations et c'est un plaisir de découvrir cette ville par tes yeux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si vous aimez Roubaix, vous allez super accrocher à Charleroi !


      rhooo merci pour les compliments sur l'article :)

      Supprimer
  2. Finalement, il y a beaucoup de choses à dire sur Charleroi ! C'est un sacré récit que tu as fait là.
    Personnellement, je ne me limite pas aux destinations phares. Souvent, on me dit : "mais qu'est-ce que tu vas faire là-bas ? Y'a rien !..." Et bien si ! Il y a toujours quelque chose à voir si on sait ouvrir les yeux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant que l'on n'y est pas allé on ne peut pas savoir, ou encore, ce qui plaît aux uns ne plaît pas forcément aux autres .... j'ai toute une série de citations disponibles pour donner à ma tribu l'envie d'aller voir ici et là le monde !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

C'est un véritable plaisir que de partager les aventures de ma tribu avec vous. Vos commentaires, vos partages sont mon adrénaline, mon énergie, ma motivation, alors si vous avez aimé le lire, ou regarder les photos, un p'ti clic ou un petit mot me feront toujours énormément plaisir.
Un GRAND merci, Chacha !